Androuet du Cerceau L’inventeur de l’architecture à la française ?

Qui était Jacques Androuet Du Cerceau ?  (1520-1586)

Un architecte ? Mais il ne reste pas trace d’édifices qu’il ait vraiment conçus.
Un dessinateur. Un graveur parmi les meilleurs et les plus illustres de France.

Son portrait  est imaginé. On ne connaît pas le visage de Cerceau ni son histoire.
La Cité de l’architecture présente le héros de son exposition comme « le plus illustre inconnu » de sa discipline que l’on découvre grâce au travail d’un groupe international de chercheurs.

A l’exposition sont présentés dessins sur vélin, gravures, manuscrits dont les miroirs permettent de voir la reliure, maquettes, moulages. Des films en 3D,   des écrans tactiles permettent d’approfondir la recherche.

Il a travaillé dans une période  tourmentée de luttes entre catholiques et protestants, desquels sa famille était proche.
Il a vécu sous les règnes de François 1er et des derniers Valois.
Le surnom « du Cerceau » ajouté à son patronyme vient de l’enseigne de la boutique de son père qui était marchand de vin à Paris.
Ses fils et petits-fils seront eux aussi de célèbres architectes.

Il est l’auteur de Traités d’architecture comme le romain Vitruve au Ier siècle avant J-C.

Il n’a voyagé qu’entre Paris, Montargis et Orléans.
Mais proche de Sebastiano Serlio architecte et théoricien italien en charge de  Fontainebleau, il a été influencé par la Renaissance italienne.
Il a sans doute aussi été  inspiré par un Précurseur Flamand dont l’identité demeure inconnue.

Androuet du Cerceau commence sa carrière de dessinateur et de graveur en reproduisant des vues d’architecture antique.
En 1551 il publie un recueil  Les vues d’optique architectures imaginaires de forme ciculaire comme une pupille d’œil.
Dans les  Leçons de perspective positive il représente des vues  à vol d’oiseau .
Il est aussi créateur d’ornements : trophées d’armes, bijoux, mobilier…
Dans ses  Modèles d’architecture il propose de nouveaux plans, destinés à la clientèle française,  des modèles de « logis », extensibles à l’infini, selon le goût et la richesse des commanditaires.
Il crée  des architectures fantastiques. Il part d’une œuvre réalisable et se met à l’enjoliver, à la rendre plus fantasque. Beaucoup  d’architectes ont utilisé ses formes depuis sans nécessairement y  faire référence.

Il est l’auteur  de la première anthologie d’architecture française « Les plus excellents bâtiments de France » publiée en 1576 et en 1579.
Il y dessine puis grave les trente plus célèbres châteaux de la Renaissance dont Chambord, Blois, Fontainebleau, les Tuileries, le Louvre et le château dit « de Madrid » que François 1er fit construire après sa captivité en Espagne.
Les jardins ne sont pas oubliés, restitués avec précision. Il détaille les bâtiments au point de laisser imaginer leur possible reconstruction.  Son ouvrage est important pour les restaurations de bâtiments.
Les concepteurs ou les propriétaires des demeures lui prêtèrent volontiers les plans pour figurer dans son anthologie.

Maquette des Tuileries
Les Tuileries ont toujours été en construction. Elles on été brûlées sous la commune.  Après avoir envisagé de les reconstruire, on les a finalement  détruites et quelques pierres sont stockées dans le jardin des Tuileries, le long de la voie sur berge.


Cité de l’architecture et du patrimoine
Palais de Chaillot
1 place du Trocadéro
75116 Paris

Dates : tous les jours  sauf mardi  de 11 h à 19h, jusqu’à 21 h le jeudi. Jusqu’au 9 mai.

Entrée payante (Plein tarif : 5 € – Tarif réduit : 3 €)
Entrée gratuite pour les moins de 12 ans

Visite commentée de l’exposition Androuet du Cerceau
Cite-architecture

Popularity: 4% [?]

Partagez cet article :


Abonnez-vous au site

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Articles liés

Ecrire un message