Ceux de 14

sept 05, 2012 Rubrique: La Grande Guerre

peinture sur la guerre de 14-18

La guerre de 1914-1918 CEUX DE 14

Dans les années 70, ces anciens combattants décorés qui se réunissaient devant les monuments aux mort me faisaient sourire.

Et puis j’ai réalisé que c’était ma famille, oncles, grand-pères qui étaient morts là-bas. Et surtout que c’étaient de jeunes, très jeunes hommes qui des deux côtés avaient  étaient massacrés pour des intérêts qui n’étaient pas les leurs. Alors j’ai voulu aller à leur rencontre : j’ai lu  leurs  livres, je suis allée sur les lieux dont certains sont encore défigurés par les trous d’obus, j’ai vu les cimetières . Parce que cette mémoire était la mienne, la nôtre.

Aujourd’hui avec des films comme La vie et rien d’autre La chambre des officiers, Un long dimanche de fiançailles, Joyeux Noël et  les albums  de Tardi, on se souvient d’eux.

Mais c’est Stanley Kubrick qui en 1957 réalisait « Les sentiers de la gloire » et osait parler des fusillés pour l’exemple pendant la première guerre mondiale.

Film sur la guerre de 14-18 l’assaut

C’est CEUX DE 14 de MAURICE GENEVOIX qui était à l’origine composé de 5 volumes: Sous Verdun, août-octobre 1914 (1916), Nuits de guerre (Hauts de Meuse) (1917),  Au seuil des guitounes (1918), La Boue (1921), Les Éparges (1923), qu’il a réuni en un seul qui m’a le plus touchée. Je souhaite en citer un extrait pour vous donner envie de le lire: la bataillle en 14-18

Extrait de Maurice Genevoix

« Lorsque je me lève, je vois une grande plaine désolée, bouleversée par les obus, semée de cadavres aux vêtements déchirés, la face tournée vers le ciel ou collée dans la terre, le fusil tombé à côté d’eux. La route monte à droite vers les bords de la cuvette, d’une blancheur crue,qui fait mal aux yeux. Loin devant nous, des sections, en colonnes d’escouades  par un, restent immobiles, terrées, à peine visibles. Elles sont en plein sous les coups de l’artillerie allemande.

Les lourdes marmites par douzaines achèvent de ravager les champs pelés. Elles arrivent en sifflant, toutes ensemble, elles approchent, elles vont tomber sur nous. Et les corps se recroquevillent, les dos s’arrondissent, les têtes disparaissent sous les sacs, tous les muscles se contractent dans l’attente angoissée des explosions instantanément évoquées, du  vol ronflant des énormes frelons d’acier. Mais je vois, tandis que le sifflement grandit encore vers nous, des panaches de fumée noire s’écheveler à la crête, presque aussitôt, le fracas des éclatements nous assourdit. Chaque fois qu’un obus tombe, c’est un éparpillement de gens qui courent en tous sens, et lorsque la fumée s’est dissipée, on voit par terre, faisant taches sombres sur le jaune sale des chaumes, de vagues formes immobiles« .

Tardi est un précurseur puisqu’il a commencé à publier sur 14-18 en 1975 (dans Charlie-Hebdo) à une époque où le sujet était peu abordé.

Bertrand Tavernier: La vie et rien d’autre

Guerre de 14-18  bilan humain

« Ceux de 14″ film: en novembre 2014 « ceux de 14″sera diffusé sur France 3 en 6 épisodes de 52 minutes. Les trois premiers épisodes seront diffusés  le mardi 28 octobre à 20h45 sur France 3, les trois suivants, le mardi 4 novembre à la même heure.

Sur le même thème:

-  Le défilé de Oyonnax
- Paris à  l’heure de la grande guerre
- L’attentat de Sarajevo
- Eté 14: les derniers jours de l’ancien monde
- Mobilisation générale en France
- Ceux de 14
- le quotidien des soldats sur le front de l’arrière
- La guerre de 14-18
- Si je mourais là-bas

- La lettre oubliée

Popularity: 9% [?]

Partagez cet article :


Abonnez-vous au site

Articles liés

5 Responses to “Ceux de 14”

  1. E dit :

    Je partage ton émotion quand je lis l’extrait de M. Genevoix. Es-tu allée au musée de la Grande Guerre à Meaux ?
    A voir absolument !

  2. martine dit :

    Merci de l’info, j’irai le visiter.

  3. Sabine dit :

    Savez-vous qui a peint le tableau en haut de votre page ?
    merci

  4. martine dit :

    Non, désolée, je n’en connais pas l’auteur.

  5. G.D. dit :

    Pour ceux/celles qui voudraient connaître le nom de l’artiste qui a peint cette scène que l’on trouve souvent en illustration de sujets sur la Grande Guerre : il s’agit d’Alphonse LALAUZE, né à Paris en 1872 décédé à Milly-la-Forêt en 1936. Peintre militaire et historique français, élève d’Edouard Detaille.

Ecrire un message