Guerre des mines 1914-1918

jan 15, 2016 Rubrique: La Grande Guerre

Guerre des mines 1914-1918

« Nous sommes secoués par un choc épouvantable, qui nous soulève sur nos brancards. Le poste de secours tout entier semble avoir explosé. Une poussière formidable nous entre dans les poumons et dans les narines. Si je ne voyais pas le jour à travers la porte, je pourrais me croire enterré. Tout le monde crie. Une mine vient de sauter tout près, on le devine.
On se met debout tant bien que mal et on titube jusqu’à la porte. Dehors, une poussière opaque nous empêche de voir à deux mètres, pendant que des blocs de terre énormes tombent de tous les côtés. On sent que les rondins se déplacent. Notre premier réflexe est de nous traîner jusqu’à notre réserve d’eau pour calmer notre gorge qui nous brûle. On donne de l’eau aux blessés, mais ils ne réagissent même pas. On se contente alors de leur en verser un peu sur les lèvres et sur la figure.
La poussière s’atténue petit à petit, mais elle va persister jusqu’à midi. Après avoir constaté que les structures de l’abri n’ont pas trop souffert, nous nous attelons à remettre de l’ordre dans le poste de secours dévasté. »
(Louis Maufrais, « J’étais médecin dans les tranchées »)

Popularity: 1% [?]

Partagez cet article :


Abonnez-vous au site

Articles liés

Ecrire un message