La Statue de la Liberté

juin 28, 2010 Rubrique: Histoire, Société
  Vue intérieure des ateliers Monduit lors de la réalisation de la   main de la statue de la Liberté en 1876.  Albert FLAMAND.

Vue intérieure des ateliers lors de la réalisation de la main de la statue de la Liberté en 1876. Albert FLAMAND.

1875 Bartholdi sculpteur français  et son ami Edouard  Laboulaye juriste et professeur au Collège de France créent le comité de l’Union Franco-Américaine. Cette association veut faire un présent aux Etats-Unis pour  fêter le Centenaire de  l’Indépendance en 1876.

Frédéric Auguste Bartholdi (1834-1904) avait conçu l’idée d’une statue L’Egypte éclairant l’Orient à l’entrée du canal de Suez.
Mais il  ne parvient pas à vendre son projet à l’Egypte. Il modifie son travail et en fait la célèbre Statue de la Liberté, La Liberté éclairant le monde.
Il se rend à New York pour envisager la construction de ce monument. C’est trop tard pour le centenaire mais le projet est maintenu.
Ils font appel à l’ingénieur Gustave Eiffel pour bâtir  la charpente métallique interne sur laquelle sont modelées et rivées des plaques de cuivre repoussé.

Les travaux  commencent  en 1875 dans les ateliers Gaget-Gauthier, à Paris, plaine Monceau.

1876 Philadephie

1876 Pour le financement on a l’idée d’expédier aux Etats-Unis le bras tenant la torche.
Il est présenté  à lExposition universelle de Philadelphie
et permet de recueillir des fonds. C’est une attraction.
On vend des tickets, on organise des loteries.Il est exposé à New-York pendant 5 ans.
Le musicien Offenbach y est  invité et l’évoque dans  « Notes d’un musicien en voyage ».

A Paris, on continue par la construction de la tête et du buste.

1878 A lExposition universelle du Champ de Mars, on visite la tête de la statue,  toujours  pour en financer la construction.

1880 Une souscription permet de la terminer. La statue représente une femme tenant une torche dans sa main droite et dans sa main gauche une tablette sur laquelle est inscrite la date du 4 juillet 1776 en chiffres romains : la date de Déclaration de l’Indépendance des Etats-Unis.

La statue offerte par la France n’ est achevée que le 4 juillet 1884.
Signature de la donation au peuple américain.
Pour s’assurer  que la statue était parfaite, les constructeurs ont assemblé les pièces comme un puzzle. Puis ils l’ont démontée en 350 pièces détachées pour pouvoir envoyer les morceaux aux États Unis dans 214 210 caisses en 1885  sur la frégate « Isère » partie du Havre.
A New York les Américains veulent faire le socle mais ne trouvent pas les fonds.
La statue est terminée avant le socle. Il sera haut de  45m. L’emplacement a été choisi par Bartholdi.

Elle est  inaugurée à New York en 1886.
Mais elle n’a pas son importance actuelle. Située sur la petite île de Liberty Island, elle marque l’entrée du port. Elle a été longtemps la première image de l’Amérique pour les émigrants qui arrivaient à Ellis Island. De nombreux films (de L’émigrant de Charlie Chaplin en 1917  à America d’Elia Kazan) illustrent cette scène où les passagers se pressent pour apercevoir ce symbole. C’est ainsi qu’elle est  devenue Miss Liberty.

Sur une plaque de bronze du piédestal, est gravé le poème d‘Emma Lazarus The New Colossus:

« Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore.
Send these, the homeless, tempest-tost, to me,
I lift my lamp beside the golden door ! »

« Donne-moi tes pauvres, tes exténués
Qui en rangs serrés aspirent à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête m’apporte
De ma lumière, j’éclaire la porte d’or  ! »

« La valeur symbolique de la Statue de la Liberté réside dans deux facteurs essentiels. Elle a été présentée par la France dans l’intention d’affirmer l’alliance historique entre les deux pays. Elle a été financée par une souscription internationale pour reconnaître l’établissement des principes de liberté et de démocratie par la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis, que la Statue tient dans la main gauche. La Statue est aussi rapidement devenue, et est toujours, un symbole de l’arrivée d’immigrants de nombreux pays vers les États-Unis à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Elle reste un symbole extrêmement fort – inspirant la méditation, le débat et la contestation – d’idéaux comme la liberté, la paix, les droits de l’homme, l’abolition de l’esclavage, la démocratie et la chance. »
Site de l’Unesco

Les chiffres
354 marches pour accéder à la couronne.
Les sept rayons de la couronne représentent les sept océans  et continents.
Longueur de la main : 5m
Longueur de l’index : 2.44mLongueur du nez 1,37
Longueur du bras droit : 12.80m
Longueur des tablettes : 7.19m
Largeur des tablettes : 4.14m
Hauteur de la base jusqu’à la torche : 46m


Arrivée au pays de la  liberté Charlie Chaplin : The immigrant

Popularity: 100% [?]

Partagez cet article :


Abonnez-vous au site

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Articles liés

7 Responses to “La Statue de la Liberté”

  1. Saint-Loup Carole dit :

    Ayant vu la photo de la construction de la main de la statue de la Liberté, je souhaiterais l’avoir en format poster. Photo d’Albert FLAMAND, 1876. Sauriez-vous par hasard où je pourrai me procurer ceci? J’ai fait quelques recherches sur internet mais n’ai rien trouvé.
    En vous remerciant d’avance de votre aide, je vous adresse mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année qui débute.
    Carole Saint-Loup
    Suisse

  2. martine dit :

    Je suis désolée, mais je ne puis vous aider dans votre recherche. J’ai trouvé des documents d’archives mais j’ignore s’il en existe des reproductions au format qui vous intéresse.
    Meilleurs voeux à vous aussi. Cordialement. M.D.

  3. [...] des liens déjà proposés, je vous propose celui de la Flaneuse ainsi que deux sites sur l’histoire de la Statue de la Liberté, l’un en français, [...]

  4. Pharadise dit :

    Nouveau billet, avec un lien sur votre page, sur mon blog ‘Gardien de phares’ dans la rubrique Phares Insolites : après celui de la Tour Eiffel, de Volta sur le lac de Côme, celui de la Statue de Liberté :
    http://www.pharadise.com/blog/?p=1250

  5. Wati B dit :

    Ne ma pas apporté d’aide –’ Mais le site est bien quand même. =)

  6. heiser dit :

    Bonjour des recherches familiales récentes semblent confirmer que

    Félicie HEISER
    Amoureuse et fiancée à Auguste BARTHOLDI, lui de Colmar et elle de Strasbourg, on ignore s’ils se sont connus en Alsace ou à Paris. Leur union fut impossible, lui étant protestant et elle catholique. A cette époque, il était impensable d’envisager un mariage entre jeunes de confession différente. Les deux familles sont restées muettes à ce sujet mais Félicie et la mère d’Auguste avaient le même type Alsacien, ce qui a permis plus tard à Auguste d’affirmer, selon les dires de sa mère (Marguerite BEYSSER) que Félicie
    Aurait servi de modèle pour la STATUE DE LA LIBERTE

    Sylvie GENEVOIX écrit en 1986 un article dans < et parle d’une jeune fille inconnue dont il fut fou amoureux et que BARTHOLDI immortalisa en donnant son visage à la statue de la Liberté. Etait-ce le visage de sa mère ou celui de sa bien-aimée ?
    Pour ne pas tout perdre à Strasbourg, Félicie et sa mère rentrent en Alsace laissant les garçons en « France » où ils cherchaient à travailler.

  7. abdoul nocol dit :

    salut Gustave comment vas-tu ?

Ecrire un message