L’âge d’or hollandais

L’âge d’or hollandais

"la lettre d'amour" de Vermeer

"la lettre d'amour" de Vermeer

De Rembrandt à Vermeer

La Pinacothèque de Paris s’est associée au  Rijksmuseum d’Amsterdam pour exposer le XVIIe siècle hollandais jusqu’au 7 février 2010.
Cette exposition  nous présente une soixantaine de tableaux, des dessins, des aquarelles, des gravures et des objets : faïences, miniatures en bois, argenterie et verrerie.
Entre un Vermeer et cinq Rembrandt, ces toiles illustrent les différents aspects de la vie aux Pays-Bas au XVIIème siècle. Dans la république des ­Provinces-Unies régnaient l’ essor commercial et la tolérance de pensée.

Les artistes et leur monde

Les peintres s’étaient organisés en guildes d’artistes et d’artisans. Elles  les protégeait contre la concurrence et leur permettait de donner une aide à ceux qui étaient en difficulté.

Natures mortes
Certains peignaient des vanités qui  symbolisaient la nature éphémère des biens de ce monde: un sablier, une bougie, un crâne, un verre renversé ou presque vide …
L’escargot,  la chenille,  le papillon (âme humaine, légèreté, fragilité ).
Scènes de vie licencieuse : le tabac, l’alcool, les coquilles d’huître.
Matières : le métal, la porcelaine, la nacre, le verre, le bois, le textile, les végétaux.
Les fleurs : rose/amour, œillet/fiançailles, tulipe/malheur. La tulipe coûtait très cher. La tulipe flammée était rare. Cette couleur est due à un virus dans le bulbe.
Aux Pays-Bas, on jouait des cargaisons de bulbes au risque d’y perdre sa fortune. Plus tard il y eut une chute du cours de la tulipe, des faillites et des suicides (tulipe noire).
On peut voir le passage des « Vanités » aux « Natures mortes » devenues plutôt des objets de décoration.

La campagne
Les peintres hollandais peignirent de vastes panoramas de la campagne, mais pas seulement des paysages. Parmi les tableaux, dessins et gravures qui sont exposés on trouve par exemple : « Scène d’hiver sur les canaux » « Vaches dans un pré à côté d’une ferme », « Le moulin à eau ».

La ville
Concentration importante de population dans les villes.  Les peintres ont représenté ce monde avec les métiers : le tailleur, le boulanger , le marché aux poissons.

Portrait de Clara Alewijn Dirck Dirksz van Santwoort 1644
Les familles aisées aimaient faire exécuter des portraits qu’ils plaçaient dans leurs pièces de réception. La petite fille est peinte avec des attributs de jeune fille. Au sol un carquois et des flèches, symbole de l’amour. Les riches marchands faisaient des unions de fortune. Les convives ne voyaient pas l’enfant mais s’ils avaient un fils d’âge proche on s’engageait pour un mariage. On se mariait jeune, à 14 ans.  L’espérance de vie n’était que de 40 ans.

Pieter Cnoll et sa famille
Tableau d’un commerçant avec sa femme métisse japonaise qui se tient dans la position d’une geisha. Le commerce vers l’Extrême-Orient se développe.  A Delft on s’inspire des pots chinois importés.
Un seul tableau de Vermeer figure en fin d’exposition La lettre d’amour.  Deux des tableaux de Vermeer sont au Louvre : la dentellière et l’astronome.


Popularity: 14% [?]

Partagez cet article :


Abonnez-vous au site

Tags: , , , , , , , , , , , ,

Articles liés

One Response to “L’âge d’or hollandais”

  1. Laure Preau dit :

    Un beau voyage dans le temps et vers un pays à la fois si proche et si exotique.Une place particulière est à accorder à la toile de Vermeer intitulée « La lettre d’amour » en fin d’exposition.

Ecrire un message