Les chalets de « 37°2 le matin »

juil 07, 2014 Rubrique: Histoire, Société

Les chalets de Gruissan

De 1900 à 1914

L’impératrice Eugénie a donné l’exemple des premiers bains de mer au milieu du 18ème siècle à Biarritz.
L’été les baigneurs étaient de plus en plus nombreux à Gruissan.

En 1869 un habitant du village demanda une concession pour installer 18 cabines et un pavillon pour les baigneurs. Il leur fournissait de quoi se restaurer.

D’autres baraques furent construites. En 1899, une tempête en détruisit une partie.

Après la stabilisation de la côte, d’autres chalets virent le jour. Ce n’était pas des cabanes de pêcheurs, mais des abris de vacances occupés deux mois par an.
Il y avait peu d’échanges entre Gruissanais et estivants. Ces chalets étaient en bois et leur architecture se retrouve encore aujourd’hui. Les pilotis les protégeaient des coups de mer. Les planches étaient ajustées grossièrement et le mobilier venait de récupération.
Quand les estivants arrivaient, il fallait réparer les dégâts de l’hiver.
Une première charrette tirée par un cheval de trait apportait literie, fourneau, provisions, eau,
Il fallait quatre heures pour aller de Narbonne à Gruissan. Quand le chalet était prêt, le reste de la famille arrivait.
Un drapeau tricolore signalait que le chalet était occupé. On voyait aussi des campements de toile.
C’était une plage familiale et elle l’est demeurée.

En 1914 le départ des hommes mit fin à ces vacances. Après la guerre de nombreux narbonnais revinrent à Gruissan.
La voiture avait remplacé le cheval. Les propriétaires des chalets s’entraidaient. Tout se faisait avec des matériaux de récupération.
Il n’y avait pas en bord de mer les moustiques que l’on trouvait à Narbonne. Le problème restait le manque d’eau.

Pendant la seconde guerre mondiale, pour assurer la défense des côtes les occupants rasèrent les chalets et la plage devint zone interdite.

Après la guerre on reconstruisit les chalets par groupes d’îlots qui permettaient à chacun d’avoir une vue sur la mer. Des commerçants ambulants commencèrent à approvisionner les chalets en eau, glace et nourriture. Un trou dans le sable frais servait à conserver les aliments, un  autre à enterrer les déchets.
Les nouveaux chalets étaient construits dans le même style que les anciens : pilotis, lames de parquet pour le sol, planches pour les murs et carton bitumé pour les toits. Puis il y eut des branchements d’eau et d’électricité. La convivialité demeurait entre les habitants.

Aujourd’hui, une digue a été construite, certains rez-de-chaussée aménagés et  les matériaux sont beaucoup plus modernes. Gruissan Plage compte 1300 chalets, mais il garde son caractère d’origine.D’après l’ouvrage de  Claude Fagedet.

C’est là que Jean-Jacques Beneix a tourné le début du film « 37°2 le matin »

Popularity: 3% [?]

Partagez cet article :


Abonnez-vous au site

Articles liés

2 Responses to “Les chalets de « 37°2 le matin »”

  1. Sylvie Goussopoulos dit :

    Bonjour La Flâneuse !

    Nous venons de tomber sur votre blog en cherchant des photos du film 37°2 le matin.
    Nous faisons actuellement un travail ethno-photographique sur les chalets de Gruissan et sommes à la recherche d’illustrations originales, notamment concernant ce film. Je vois ici des photographies du tournage; peut-être est-ce vous qui les avez prises, dans ce cas pourrions-nous échanger à ce sujet ?
    Vous pouvez nous contacter à cette adresse mail ou par téléphone au 06 62 66 87 14.

    Merci !
    Sylvie et James

  2. martine dit :

    Bonjour,
    Malheureusement je n’étais pas sur le tournage de 37°2. J’ai trouvé les photos sur internet. Les seules qui sont miennes sont celles des chalets. Désolée pour vous et bonne chance dans votre recherche.
    Martine

Ecrire un message