Lettre d’une infirmière à Verdun

juin 30, 2016 Rubrique: La Grande Guerre
Verdun - Blessé dans la boue. Crédit photo Exposition "De boue et de larmes"Verdun – Blessé dans la boue. Crédit photo Exposition « De boue et de larmes »

Lettre d’une infirmière à Verdun
Lettre d’une infirmière de l’ambulance n° 3 de Chaumont-sur-Air.

« Les blessés ont afflué pendant toute la semaine et, malgré mon imagination, je n’avais jamais prévu une telle horreur et des plaies aussi abominables.

Nous étions couvertes de sang et nous nagions dedans. Les chirurgiens (ils sont au nombre de cinq) amputaient et trépanaient dix-huit heures par jour. Nous avons eu cent morts en six jours.

Le samedi, les taubes sont venus nous repérer avec une telle insistance qu’on a préparé l’évacuation de tout l’hôpital, mais nous sommes restés jusqu’au lundi. Ce jour-là, pendant que les quatre salles d’opération fonctionnaient, un taube est venu, a lancé une fusée indicatrice sur la voie de chemin de fer et les obus sont arrivés, encadrant l’hôpital sans atteindre une baraque ni un humain … Les Boches en voulaient, non pas à l’hôpital, mais à la gare de ravitaillement et à la route … L’hôpital est évidemment évacué et la route de retraite est encombrée. »
(In « Carnets du cardinal Baudrillart », 5 mars 1916)

source: Service de Santé des Armées

Enregistrer

Popularity: 1% [?]

Partagez cet article :


Abonnez-vous au site

Articles liés

Ecrire un message